mercredi 18 janvier 2017

Momo - Michael Ende

Momo - Michael Ende

Momo, une petite orpheline vagabonde, s'installe dans un amphithéâtre en ruine, à l'écart de la ville. Elle se fait vite plein d'amis : Momo séduit les enfants, avec lesquels elle invente des jeux merveilleux, mais aussi les adultes, parce qu'elle sait les écouter et leur redonner confiance. Ses deux meilleurs amis sont Beppo, un vieux balayeur de rues, et Gigi, un jeune homme à la langue bien pendue. Tous vivent heureux dans ce petit coin éloigné de l'agitation de la ville quand apparaissent d'étranges messieurs gris. A leur approche, un courant d'air froid, mêlé à une infecte odeur de cigare, se fait sentir. Qui sont-ils, que veulent-ils ? Momo découvrira leurs sinistres plans et la menace qui pèse sur tous ceux qu'elle aime.

Note : 3 / 5


Vous ne le savez peut-être pas car je n'ai jamais fait d'article dessus, mais L'Histoire Sans Fin est mon livre préféré depuis que je suis petite (si vous n'avez vu que les films : le livre n'a rien à voir, lisez le !). Aussi, il était temps que je découvre un peu ce que mon cher auteur avait écrit d'autre.

Momo est une petite fille différente des autres. Elle vit seule dans une petite pièce d'un amphithéâtre en ruine, elle ne possède presque rien mais s'en contente, elle en est même heureuse. Mais cette simplicité n'est pas la seule particularité de Momo : la petite fille sait écouter. Car si Momo vit seule, elle reçoit cependant beaucoup de visite, des gens venus chercher conseil ou raconter leurs problèmes. Et cette abnégation va devenir un vrai pouvoir, un véritable bouclier contre les messieurs gris qui volent le temps des gens. Au fur et à mesure que ses amis ne trouvent plus le temps de venir la voir, Momo s'inquiète. En cherchant la raison de ces changements, Momo va se rendre compte qu'elle est la seule à pouvoir les sauver et va vivre une grande aventure, parfois hors du temps !

J'ai retrouvé avec plaisir le style de Michael Ende, avec ce narrateur omniscient qui n'hésite pas à dire ce qui lui passe par la tête et à interagir avec le lecteur. Certains thèmes qui me sont chers reviennent aussi dans ce petit livre : l'importance de l'imagination et de l'innocence, les enfants étant souvent la clé des problèmes des adultes.

L'histoire en elle même m'a cependant assez déçue. Michael Ende a toujours a cœur de véhiculer une certaine morale dans ses livres, mais j'ai trouvé que dans Momo, celle-ci était beaucoup trop présente. De plus, en essayant de dénoncer les conséquences de la société de consommation (tout est fait à la va-vite car il faut produire toujours plus, en essayant de gagner du temps on ne prend plus de plaisir à faire ce que l'on fait, s'en suit la dépression devant cette impression de gâcher sa vie) l'auteur s'embourbe dans ses images autour du temps qui sont parfois franchement abstraites.

C'est un livre qui se veut humain, fait de nombreuses leçons de vie, mais qui n'a vraiment pas marché sur moi. Au lieu de ça, j'ai trouvé le récit parfois lourd et certaines situations absurdes. Dommage car l'imagination dont fait preuve l'auteur me parle toujours autant. J'ai adoré les histoires que raconte Gigi à Momo tout comme je me suis laissée emporter par les jeux, les aventures que s'inventent les enfants lorsqu'ils jouent dans l'amphithéâtre près de Momo. Et cette fin qui brise le quatrième mur ! j'ai adoré !

Logo Livraddict

samedi 14 janvier 2017

A comme Aujourd'hui - David Levithan

A comme Aujourd'hui - David Levithan

Chaque matin, A se réveille dans un corps différent, dans une nouvelle vie, et ne dispose d'aucun moyen de savoir où et « qui » sera son hôte. Une seule chose est sûre : il n'empruntera cette identité que le temps d'une journée. Aussi incroyable que cela paraisse, A a accepté cet état de fait, et a même établi plusieurs règles qui régissent son existence singulière : ne pas s'attacher ; ne pas se faire remarquer ; ne jamais s'immiscer dans la vie de l'autre. Des préceptes qui resteront les siens jusqu'à ce qu'il se réveille dans le corps de Justin, 16 ans, et qu'il fasse la connaissance de Rhiannon, sa petite amie. Dès lors, plus question de subir sans intervenir. Car A vient de croiser quelqu'un qu'il ne peut laisser derrière lui, ce jour-là, le suivant, jour après jour…

Note : 4 / 5


Ce livre m'a tout de suite attiré par son résumé. Original, il nous donne vraiment envie de savoir comment cette histoire d'amour atypique va bien pouvoir finir. Et au final, ce sont toutes les subtilités du genre humain que va nous faire découvrir l'auteur à travers A, son personnage pas comme les autres.

A est différent. A n'est personne et tout le monde à la fois. A n'a pas de corps à lui, il emprunte chaque jour celui de quelqu'un d'autre. Se réveiller chaque matin dans un autre lit, dans une autre vie, il a fini par s'y faire. Il fait en sorte de laisser la vie qu'il emprunte comme il l'a trouvé, il fait en sorte que personne ne se rende compte de son passage. Mais tout ça, c'était avant de rencontrer Rhiannon. Rhiannon qui va lui donner envie d'exister, d'être quelqu'un.

J'ai adoré suivre l'étrange quotidien de A et découvrir la vie de toutes ces personnes dont il partage le corps. L'idée est très intéressante car David Levithan nous fait vraiment réfléchir. A a pu se mettre dans la peau de tout le monde, de l'obèse à la suicidaire, et est ainsi devenu très compréhensif, tolérant. On est effrayé par ce que l'on ne connait pas, mais A est justement passé par tout et fait ainsi preuve de beaucoup de recul. David Levithan et son personnage ont vraiment réussi à me toucher. Ce livre est tellement humain, tellement fort !

Le coup de foudre qu'a eu A pour Rhiannon bouleverse cependant tous ses principes. Peut-il vraiment prétendre à l'amour comme les autres ? Est-il seulement quelqu'un s'il n'a pas de corps à lui ? A comme Aujourd'hui soulève des questions philosophiques vraiment intéressantes sans pour autant être moralisateur.

Le style très poétique de David Levithan, la première personne qui nous permet vraiment d'être plongé au cœur des sentiments et de ce quotidien si fou de A, font de cette lecture une expérience vraiment unique, intense et belle.

A comme Aujourd'hui est un livre dont on ressort grandi et une histoire dans laquelle je me suis beaucoup retrouvée. La fin très ouverte m'a un peu frustré et m'a aussi semblé trop rapide mais dans l'ensemble c'est un récit qui m'a beaucoup touché. Dans tous les cas, c'est un livre troublant que nous offre David Levithan, un livre qui nous permet cependant de réfléchir et qui soulève des questions autour de thèmes vraiment importants et ce avec justesse.

Logo Livraddict

mercredi 11 janvier 2017

❤ L'espace d'un an - Becky Chambers

L'espace d'un an - Becky Chambers

Rosemary, jeune humaine inexpérimentée, fuit sa famille de richissimes escrocs. Elle est engagée comme greffière à bord du Voyageur, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace, où elle apprend à vivre et à travailler avec des représentants de différentes espèces de la galaxie : des reptiles, des amphibiens et, plus étranges encore, d’autres humains. La pilote, couverte d’écailles et de plumes multicolores, a choisi de se couper de ses semblables ; le médecin et cuistot occupe ses six mains à réconforter les gens pour oublier la tragédie qui a condamné son espèce à mort ; le capitaine humain, pacifiste, aime une alien dont le vaisseau approvisionne les militaires en zone de combat ; l’IA du bord hésite à se transférer dans un corps de chair et de sang… Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an jusqu’à une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes.

Note :  coup de coeur

Alors qu'il a au début fallut un kickstarter pour que ce livre sorte en auto-publication, il a finalement été repéré et publié chez Hodder avant d'être enfin traduit dans quelques pays dont la France chez L'Atalante. Autant vous dire qu'on est presque passé à côté d'un superbe space-opera où j'ai vraiment trouvé tout ce que j'aimais dans la science-fiction : de longs voyages dans l'espaces, des espèces extra-terrestres nombreuses et variées, et une bonne dose de réflexion autour de thèmes vraiment intéressants.

L'intégration à ce drôle d'équipage pour le moins hétéroclite se fait tout en douceur car le lecteur n'est pas le seul à le découvrir. Il y a en effet un nouveau membre sur le Voyageur : Rosemary, la nouvelle greffière. En découvrant ses nouveaux camarades et leurs habitudes, elle aide le lecteur à se faire lui aussi une place dans l'équipage.

On découvre ainsi petit à petit toute l'étendue de l'imagination de l'auteure, toute la profondeur de l'univers qu'elle a créé. L'équipage n'est pas uniquement constitué d'humains : il y a aussi Sissix, une aandrisk (sorte de vélociraptor aux plumes chatoyantes et dont la conception de la famille est vraiment intéressante), Ohan, un sianat qui vit avec un parasite qui lui confère des pouvoir étranges et pour le moins abstraits et monsieur Miam, un grum (espèce de limace à 6 pattes, l'un des derniers de sa race, mais un super cuistot !) et au fur et à mesure des missions et escales, son univers devient toujours plus riche et on rencontre de nombreuses autres espèces. J'ai adoré découvrir toutes ces cultures si différentes de la nôtre. Elles sont d'ailleurs très souvent confrontées, notamment au sein de l'équipage, et nous font réfléchir, parfois de manière vraiment rigolote.

Et c'est ce qui fait toute la force de ce livre : la relation des différents membres de l'équipage. Rosemary prend petit à petit connaissance de l'histoire de chacun, même la sienne va être découverte alors qu'elle essayait de la cacher, et son destin va en être changé. Elle va vraiment découvrir des personnes en qui elle peut avoir confiance, des personnes différentes et dont elle se sent pourtant si proche. C'est un livre extrêmement humain et beau. Les histoires d'amour, les relations amicales ou fraternelles sont vraiment fortes. Tout cela fait que l'on s'attache énormément aux personnages.

Et toutes ces relations évoluent au fil des missions et des épreuves. Le Voyageur est un gros tunnelier, il creuse des passages pour aller d'un point de l'univers à un autre. C'est un travail laborieux, des missions longues et parfois dangereuses comme celle que l'on va suivre dans le livre. Certains passages vous coupent le souffle, l'équipage se retrouve parfois dans des situations pas possibles ! Mais l'unité au sein de l'équipage les aide toujours à s'en sortir.

C'est un livre qui m'a vraiment transporté. J'ai trouvé la vision du futur de l'auteure vraiment intéressante et la culture des différentes nouvelles espèces qu'elle introduit vraiment passionnante. Elle a parfois inventé jusqu'au langage de certaines espèces ! L'espace d'un an réunit vraiment tout ce que je recherche dans un livre de science-fiction et m'a vraiment fait voyager. J'espère que la suite va être traduit, car cette auteure mérite vraiment d'être lue ! Merci au forum Mort-Sûre et à L'Atalante pour la découverte !

Logo Livraddict

samedi 7 janvier 2017

Oniria, tome 1 : Le royaume des rêves - B. F. Parry

Oniria, tome 1 : Le royaume des rêves - B. F. Parry

Eliott, 12 ans, est un garçon en apparence comme tous les autres. Jusqu’au jour où il découvre un sablier magique qui lui permet de voyager dans un monde aussi merveilleux que dangereux : Oniria, le monde des rêves. Un monde où prennent vie les milliards de personnages, d’univers, et toutes les choses les plus folles et les plus effrayantes rêvées chaque nuit par les êtres humains. Collégien ordinaire le jour, Eliott devient la nuit, parmi les rêves et les cauchemars qui peuplent Oniria, un puissant Créateur, qui peut faire apparaître tout ce qu’il souhaite par le simple et immense pouvoir de son imagination. En explorant Oniria pour sauver son père, plongé depuis plusieurs mois dans un mystérieux sommeil, Eliott est finalement confronté à son extraordinaire destin. Car Eliott est l’ « Envoyé » : il doit sauver le Royaume des rêves, menacé par la sanglante révolution des cauchemars.

Note : 3,5 / 5


Derrière cette couverture qui fait, je trouve, très best-seller américain se cache une série franchement ambitieuse et très bien faite, bourrée d'action et,  pour couronner le tout, écrit par une française !

La vie d'Eliott n'est pas très facile. Au collège, il se fait harceler et ses notes sont en baisse ; à la maison, il doit composer avec une belle-mère injuste et des jumelles agaçantes. En plus de cela, son père est tombé dans un mystérieux coma, les médecins ne savent pas ce qui lui est arrivé et ne peuvent l'en sortir. Heureusement, il y a toujours Mamilou, sa grand mère qui l'adore mais qui cache de nombreux secrets. Elle est peut être la clé de la guérison de son père, car celui-ci est en fait prisonnier d'Oniria, le monde des rêves et des cauchemars, et Mamilou sait comment s'y rendre.

L'auteure à choisi d'articuler l'histoire de son livre autour d'un thème que je trouve vraiment intéressant. C'est cependant un thème qui a déjà été utilisé et j'avais peur qu'au final le récit ne soit pas très original. Mais B. F. Parry a vraiment réussi à créer un univers bien à elle ! J'ai trouvé qu'elle avait très bien utilisé toutes les particularités des rêves tout en restant cohérente. Chaque passage à Oniria est un vrai plaisir car on sait que l'auteure va nous surprendre et nous en devoiler plus sur ce monde.

Mais si Eliott vit une véritable aventure pleine d'action et de fantastique la nuit quand il dort, le jour il vit une vie normale, avec tous les petits problèmes du quotidien. J'ai trouvé que l'auteure arrivait vraiment bien à alterner ces deux phases pourtant très différentes et ces situations de tous les jours pourront vraiment bien parler aux jeunes lecteurs. C'est aussi une véritable course contre la montre. Il y a vraiment un sentiment d'urgence tout le long du livre, ce qui fait qu'on arrive vraiment pas à lâcher sa lecture.

Eliott est un personnage assez passe-partout, en lequel on s'identifie assez facilement. Heureusement, il va rencontrer des tas de personnages aux caractères très forts. J'ai trouvé Aanor vraiment touchante. Katsia m'agaçait parfois mais au final c'est juste une grande maladroite et handicapée des sentiments et j'ai fini par l'apprécier. J'ai aimé Mamilou pour les choses fortes et importantes qu'elle dit à Eliott, trouvant toujours les bons mots.

J'ai vraiment adoré ma lecture. Oniria est une série vraiment bien pensée et un univers que l'on prend beaucoup de plaisir à découvrir. Je pense que l'auteure a encore de l'imagination a revendre et j'ai plutôt hâte de lire la suite. En tout cas ce premier tome m'a vraiment convaincu !

Logo Livraddict

mercredi 4 janvier 2017

Zalim, tome 1 - Carina Rozenfeld

Zalim, tome 1 - Carina Rozenfeld

Il vit dans l’éther du monde des esprits. Il y dort en attendant l'appel. 
Parfois, on le réveille. 
Appelé pour protéger le royaume, il possède la puissance et la souplesse de la panthère, la vitesse du guépard, la vue de l'aigle, les défenses de l'éléphant, la charge du rhinocéros, la force du scarabée, le feu et les ailes du dernier dragon. De l'homme, il a hérité l'intelligence et la cruauté. 
Quand on l'invoque, il vient. Pour agir, il doit investir un corps humain. De génération en génération, il trouve un corps pour vivre. 
Il est dans mon sang, dans mon âme. 
Il dort en moi. Mais je ne savais pas. Jusqu'au jour où j'ai appris que j'étais lui, que j'étais Zalim.

Note : 2,5 / 5


Je suis toujours très emballée de lire un Scrineo. C'est une maison d'édition dans laquelle je me retrouve et qui a à cœur de mettre en avant des auteurs français et des genres que j'apprécie. J'en attendais beaucoup de Zalim car certains thèmes abordés dans le résumé, comme la métamorphose, m'ont tout de suite fait penser au Roi des Fauves, mon coup de cœur absolu de cette maison d'édition. Malheureusement, ce premier tome est une déception.

Ce livre m'a en effet frustré sur plusieurs points. Tout d'abord, ce premier tome fait un peu trop office d'introduction et de remplissage. L'auteur s'attarde beaucoup trop sur le temps qu'il fait, sur le quotidien pas toujours intéressant du château, et se répète beaucoup ! Vivement que le monstre nous détruise ces colonnes de créatures fantastiques qui semblent nous suivre du regard (vous avez cette même phrase, mot pour mot, au moins quatre fois dans le livre)

En plus de faire traîner son récit, j'ai trouvé que l'auteur l'avait tout simplement complètement raté : elle essaye de jouer sur le suspens, sauf que l'on comprend dès la première apparition du monstre qui est son hôte (aidé notamment par la couverture où aurait clairement du figurer le monstre seul) et cela rend le livre d'autant plus long.

J'ai aussi eu du mal avec son style. Ses phrases sont parfois beaucoup trop longues et donc pas très compréhensibles. Et je n'ai pas aimé le style un peu vieillot qu'elle s'est sentie obligée de prendre pour faire plus fantasy.

J'ai aussi été très déçue par son univers. L'auteur n'explique presque rien et ce qu'elle prend le temps d'expliquer sonne creux. C'est trop facile, trop banal.

L'idée était pourtant bonne, intéressante. Sur la fin on sent d'ailleurs qu'elle commence à développer des choses autour du monstre. Peut-il être maîtrisé au final ? J'ai aussi, heureusement, été complètement conquise par ses personnages et les différents couples qui sont tellement réels et touchants. Ils sont vraiment bien construits, chacun avec leurs faiblesses, leurs doutes. On les sent aussi évoluer, surtout Elyana. Son père, le roi, m'a particulièrement touché.

Il n'était peut-être pas nécessaire d'en faire une série. Ce premier tome, en tout cas, est clairement trop long et décourage beaucoup. Mais je me suis tellement attachée aux personnages que je vais surement lire la suite, en espérant que le récit avance plus vite et que les révélations soient moins évidentes dans le prochain tome !

http://scrineo.fr/

Logo Livraddict

mercredi 28 décembre 2016

Tobie Lolness, tome 1 : La vie suspendue - Timothée de Fombelle

Tobie Lolness, tome 1 : La vie suspendue - Timothée de Fombelle

«Tobie Lolness mesurait un millimètre et demi, ce qui n’était pas grand pour son âge.» Ainsi commence le récit des aventures du jeune Tobie, qui appartient au peuple du grand chêne. Ce peuple ne connaît pas d’autre univers que celui de l’arbre, creusant ses maisons dans les branches, traçant ses chemins dans les sillons de l’écorce, faisant travailler les charançons, élevant leurs larves pour se nourrir. Le père de Tobie, savant génial et sage, a refusé de livrer le secret d’une invention révolutionnaire qui permet de transformer la sève de l’arbre en énergie motrice. Il sait que certains s’en serviraient au détriment de l’arbre. Furieux, le Grand Conseil a condamné la famille Lolness à l’exil dans les Basses-Branches, territoire sauvage et sombre, près de la frontière des Pelés. Là pourtant, Tobie vit heureux et rencontre Elisha qui devient son amie. Mais les Lolness sont rejugés et, cette fois, condamnés à mort. Seul Tobie parvient à s'échapper. Se cachant au creux des écorces, courant parmi les branches, Tobie fuit, traqué par les siens…


Note : 3,5 / 5


Après ma chouette découverte de cet auteur par son Livre de Perle et sa rencontre au Salon du Livre de Colmar, j'ai eu envie de continuer l'aventure avec son tout premier roman. Tobie Lolness est un livre accessible aux plus jeunes, il est pourtant tout aussi riche et profond, nous faisant découvrir une culture qui ressemble malheureusement beaucoup à la notre. C'est un livre qui fait réfléchir tout en nous transportant dans un tout nouvel univers fait de feuilles et d'écorces.

Lorsque l'on fait la connaissance de notre jeune héros, Tobie, lors des premières pages, il est en fuite. On ne sait ni pourquoi ni comment, mais son peuple est à sa recherche et lui en veut. Au fil de sa course, Tobie va se rappeler sa vie d'avant et nous en apprendre plus sur son étrange société. Car Tobie n'est pas un jeune garçon comme les autres : il ne fait qu'un millimètre et demi et vit dans un arbre.

J'ai adoré ce récit décousu, permettant de chouettes révélations et des retournements de situation vraiment inattendus. L'auteur fait longtemps durer le suspens autour de l'exil de Tobie et le lecteur a vraiment du mal à arrêter sa lecture. C'est vraiment un procédé ingénieux pour intéresser les jeunes lecteurs. Le style tout en métaphores rigolotes est aussi vraiment sympathique et l'action est souvent au rendez-vous.

Mais ce qui m'a le plus plu est clairement toute la réflexion autour de cette société de petites personnes. Car ils ont beau vivre dans un arbre, de nombreuses situations sont similaires à notre société. Les enjeux écologiques sont importants car leur communauté est au bord de la révolution industrielle, mais celle-ci risque de détruire l'arbre, leur univers. Le parallèle que l'on peut ainsi faire est vraiment intéressant et soulève des questions sur notre propre société.

Timothée de Fombelle arrive vraiment à réunir tout ce qui fait un magnifique livre jeunesse : une histoire captivante dès les premières pages grâce au récit décousu, un personnage attachant et tellement réaliste, un peu d'amour et pas mal de pédagogie cachée au milieu d'une aventure vraiment prenante. A cela s'ajoute le style de l'auteur, drôle et percutant, que j'aime définitivement beaucoup. Tobie arrivera-t-il a sauver sa vie mais aussi celle de toute sa société, de son arbre ? J'ai vraiment très hâte de lire la suite.

Logo Livraddict

mercredi 21 décembre 2016

❤ Jessie des ténèbres - Yann Rambaud

Jessie des Ténèbres - Yann Rambaud

Le jour, Jessie vit un cauchemar. Au collège, on la harcèle. A la maison, ses parents se disputent. Et pour couronner le tout, à 13 ans, elle est myope comme une taupe.
La nuit, Jessie est prisonnière d'autres cauchemars. Elle se réveille dans une maison qui grince, pleine de courants d'air et de portes fermées, qu'il lui faut à tout prix ouvrir.
Mais au coeur des ténèbres, il reste un peu de lumière : dans une forêt au fond du jardin l'attendent, chaque mercredi, Alice et ses dingueries. Ici, les escargots font la course et les grenouilles savent compter.
Et puis, il y a Gaspard...

Note :  coup de coeur

J'ai eu la chance de gagner ce livre lors du dernier concours du blog La voix du livre que j'aimerais infiniment remercier, car j'ai découvert un livre merveilleux, un livre qui m'a beaucoup touché, bouleversé et complètement transporté.

Jessie n'a pas sa place au collège : elle est différente, se laisse faire et est donc harcelée au quotidien par ses camarades. Ce n'est pas nouveau, les enfants sont cruels entre eux. Yann Rambaud évoque ce thème difficile avec justesse car il n'épargne pas notre jeune héroïne : les scènes sont dures, mais tellement réelles !

A ce poids s'ajoute aussi celui de l'étonnante révélation que lui ont fait ses parents : Jessie n'est pas leur fille biologique, elle a été abandonnée à la naissance et recueillit par eux. Ses origines obscures la perturbent et l'entraînent presque chaque nuit dans ce même cauchemar : une vieille maison qui grince la pousse de pièce en pièce à la recherche de terribles secrets sur son passé. Et les différentes épreuves ne sont pas sans danger : si elle se blesse dans son cauchemar, elle ramène ces blessures au réveil, dans la réalité...

Heureusement la vaste forêt à côté de la ferme qu'elle habite va lui permettre de rencontrer Alice qui va lui faire découvrir que cette forêt n'est pas comme les autres. Les sangliers jouent à chat avec les promeneurs et les grenouilles savent compter. L'étrange Alice va petit à petit devenir la clef pour résoudre tous ses problèmes... J'ai particulièrement apprécié ces passages oniriques et naïfs.

Le réel est ainsi étroitement mêlé au fantastique dans ce livre. Et c'est justement par ces aspects fantastiques qu'il arrive si bien à parler de ce qui se passe dans la vie de notre héroïne : chaque manifestation peut être associée à un mal être ou à un besoin, devenant une projection de l'inconscient de Jessie. J'ai trouvé ce livre tellement beau par sa manière d'aborder tout ça.

Pourtant, si Jessie des ténèbres est très poétique, ce livre est aussi parfois vraiment dérangeant. Jessie est en détresse et se confronte dans ses cauchemars a de véritables scènes d'horreur. Sans êtres gores car très implicites, certaines scènes sont perturbantes, un peu à la manière de celles dans Alice au pays des merveilles. Un classique dont semble aussi s'être inspiré l'auteur pour le personnage d'Alice et la forêt où il se passe des choses parfois très absurdes. J'ai donc forcément adoré.

Cette justesse dans l'évocation des sentiments de cette jeune fille, ces brusques retours à la réalité après des passages tellement doux et oniriques m'ont franchement bouleversé. Le collège a été une période difficile pour moi aussi et je me suis donc particulièrement attachée a Jessie. Ce livre, c'est aussi un véritable voyage initiatique car chaque épreuve, chaque humiliation à l'école mais aussi chaque cauchemar et chaque après midi avec Alice va la faire grandir, lui faire prendre conscience de certaines choses et la changer.

Ainsi, j'ai trouvé ce roman vraiment magique et puissant. J'ai pleuré à la fin. Yann Rambaud arrive si bien à parler de tous ces petits malaises que l'on peut ressentir à l'adolescence. Il nous offre un récit tellement vrai, où le fantastique a pourtant étonnement sa place. Un récit qui bouleverse et qui marque. Coup de cœur.

Logo Livraddict