mercredi 22 mars 2017

Mindjack, tome 1 : Esprits Libres - Susan Kaye Quinn

Mindjack, tome 1 : Esprits Libres - Susan Kaye Quinn

Quand tout un chacun peut lire dans l'esprit des autres, il devient dangereux de garder un secret. A seize ans, Kira Moore n'est qu'une Zéro, quelqu'un qui ne peut lire dans les pensées des autres, et dont les autres ne peuvent pas lire les pensées non plus. Les gens comme elle sont des parias à qui on ne peut faire confiance, ce qui ne lui laisse aucune chance d'avenir avec Raf, le meilleur ami télépathe dont elle est amoureuse en secret. Mais lorsqu'elle prend le contrôle de l'esprit de Raf par accident et manque de le tuer, Kira tente de cacher ce nouveau pouvoir qui l'effraie à sa famille, ainsi qu'à Raf lui-même, dont la méfiance grandit chaque jour un peu plus. Mais les mensonges ne font que se resserrer autour d'elle, l'entraînant au plus profond du monde caché des mindjackers, où prendre le contrôle des gens qu'elle aime n'est que le début de la longue liste des choix mortels qui l'attendent.

Note : 3 / 5


MxM Bookmark est une maison d'édition spécialisée dans la romance. Comme ils le disent si bien, la maison a "pour but de promouvoir la fiction à travers des œuvres de qualité mettant en lumière et de façon positive des histoires d’amours, de passion et d’évasion". Le petit plus étant qu'ils s'intéressent aussi à la romance paranormale, ce qui me parle beaucoup ! Merci à eux de m'avoir proposé de lire le premier tome de leur série Mindjack.

Le début nous propose de suivre le quotidien de Kira, une jeune lycéenne qui a un gros problème : elle ne peut toujours pas lire dans les pensées des autres, ni permettre aux autres de lire les siennes. On découvre en effet que son monde est peuplé de télépathes suite à une mutation causée par de l'eau polluée. Un par un, les amis de Kira ont fini par changer, leur don s'est finalement manifesté, tout le monde sauf Kira. Forcément, notre jeune héroïne ne le vit pas très bien car elle est rejetée : qui ferait confiance à quelqu'un dont on ne peut pas savoir ce qu'il pense ? Mais alors qu'elle commençait à se faire à l'idée qu'elle était une Zéro (quelqu'un qui allait rester sans pouvoir toute sa vie), voila qu'elle s'introduit par mégarde dans l'esprit de son ami Raf et qu'elle manque de le tuer. Même pour une changeline (jeune télépathe qui découvre ses pouvoirs) cela n'est pas normal. Et si Kira était bien plus qu'une télépathe ?

J'ai trouvé le début un peu long. Le quotidien d'une lycéenne n'est pas spécialement palpitant selon moi et j'ai trouvé ses préoccupations exagérées. Heureusement, lorsque Kira découvre ses pouvoirs de Mindjacker (car elle n'est définitivement pas une télépathe : elle peut lire dans l'esprit des autres, mais peut aussi les contrôler !) tout son monde change. Son combat n'est plus de survivre à une nouvelle journée de cours en tant que rebut de la société, mais de survivre aux autorités qui traquent et emprisonnent les gens différents comme Kira.

Le monde futuriste de l'auteure est parfois un peu confus (on a du mal à imaginer une société où tout le monde peut lire dans les pensées des autres sans que ça engendre le chaos total), j'aurais aimé qu'elle nous en dise un peu plus plutôt que d'introduire de nouvelles technologies comme la novefibre et les hydro-voitures qui n'apportent rien au récit. En revanche j'ai trouvé les échanges télépathiques vraiment intéressants, immersifs et très bien décrits. Associer l'esprit de chaque personne à une odeur est vraiment une idée géniale.

L'histoire en elle même est vraiment intéressante, pleine d'action et de rebondissements, et a le mérite de soulever des thèmes difficiles autour de la discrimination et de la ségrégation. On peut aisément faire un parallèle entre les camps de concentration des Mindjacker et les camps de concentration des juifs. Ce livre nous rappelle notre propre histoire et nous fait réfléchir.

Je reste cependant mitigée car j'ai eu beaucoup de mal avec le récit à la première personne. Kira ressasse sans cesse les différentes situations par lesquelles elle passe et j'ai trouvé ça extrêmement pénible et ennuyeux ! Le style de l'auteure en général ne m'a pas plu. Je me souviendrai toujours de ses métaphores ridicules. Le triangle amoureux m'a fait ni chaud ni froid car je n'ai pas réussi à m'attacher à Raf et j'ai détesté Simon dès la première rencontre (je l'ai même trouvé un peu flippant à être si entreprenant et tactile avec Kira) En général, j'ai trouvé les réactions des personnages exagérées.

Malgré quelques défauts, j'ai trouvé l'histoire intéressante et j'ai aimé l'évolution du personnage principal, Kira. Pour autant, si vous cherchez de la romance, ce n'est clairement pas le livre qu'il vous faut. Ce qui fait la force de ce livre c'est sans aucun doute son univers et les thèmes qu'il développe, nous rappelant tristement les événements tragiques autour de la première et de la deuxième guerre mondiale. Sortie du deuxième tome le 26 avril.

Logo Livraddict

**********

Etre différent peut s'avérer dangereux :
  

samedi 18 mars 2017

Inaccessibles, tome 1 : La tour aux mille étages - Katharine McGee

Inaccessibles, tome 1 : La tour aux mille étages - Katharine McGee

New York est à la pointe de l'innovation et du rêve. La ville est désormais une tour de mille étages où les plus aisés vivent à son sommet. Tout semble parfait, lisse et idéal. 
Jusqu'au jour où une jeune femme tombe du millième étage... 
Meurtre ou accident ? Les suspects sont nombreux. La belle et riche Eris, qui découvre un secret familial terrible ? Rylin, qui travaille pour un garçon des étages supérieurs ? Watt, qui espionne tout le monde grâce à une IA qu'il a créée ? Leda, qui cache une addiction ? Ou Avery, la plus parfaite de tous, qui habite le penthouse du millième étage ? Entre soirées débridée, glamour et petits secrets entre amis, la Tour aux mille étages va révéler ses mystères.

Note : 4 / 5


C'est la couverture et son univers de science-fiction qui m'ont avant tout donné envie de lire ce livre, bien plus que son résumé et sa promesse de plonger dans la jeunesse dorée des habitants des derniers étages de la tour. Les destins croisés de tous ces jeunes personnages ont pourtant fini par me passionner et ce livre s'est avéré totalement addictif !

Le livre s'ouvre sur sa fin, sur l'événement tragique vers lequel va converger le chemin de tous les personnages : une jeune femme tombe du millième étage. D'événement en événement, le livre va nous faire découvrir tous les petits secrets des habitants de la tour, et nous mener petit à petit vers cet accident.

Pour cela, l'auteur nous propose de varier les points de vues en changeant de personnage principal à chaque chapitre. J'ai trouvé ce principe vraiment intéressant car il permet de vraiment bien comprendre tous les personnages, et le lecteur ne s'ennuie jamais. Les personnages sont vraiment tous passionnants, ils ont chacun leur particularité, leurs secrets, et viennent parfois de milieux très différents. J'ai vraiment réussi à m'attacher à eux, à tous. J'ai particulièrement aimé Eris, l'injustice de sa situation et son histoire d'amour. Côté garçons, mon cœur balance entre Watt et son assurance qui cache un gros secret, et Atlas bien sur, le frère de Avery.

Durant la lecture, on ne peut s'empêcher d’émettre des hypothèses sur l'identité du personnage qui va tomber de la tour. Et le mystère demeure entier jusqu'à la dernière minute !

J'ai trouvé l'univers dans lequel évolue les personnages vraiment captivant, riche et bien pensé. Une grande tour de plus de 4km a pris la place de Manhattan. On y trouve tout ce qui fait le charme de New York : Central Park, des quartiers ressemblant étrangement au Bronx ou encore au Queens, avec tous les magasins, les bars et les appartements qu'il faut. Les arbres, la lumière, tout est artificiel mais étonnement vrai. Et plus on monte dans les étages, plus ils sont luxueux. Les personnages vont nous permettre de découvrir cette tour, ses aspects futuristes mais aussi ses inégalités. J'ai cependant parfois eu un peu du mal à me représenter l'intérieur de cette tour, à situer les personnages dans leurs environnements car l'auteur ne décrit selon moi pas assez.

Et si les personnages viennent de milieux parfois différents, ils se retrouvent cependant tous sur un point : ils aiment faire la fête. Le récit se passe en 2118 et pourtant cette jeunesse reflète étonnement la nôtre : drogue, alcool, sexe... l'auteur nous dépeint (avec tout de même beaucoup de retenue) une jeunesse débauchée et superficielle. Elle est cependant loin de nous faire la morale, et qu'est-ce que ça fait du bien pour une fois ! J'ai vraiment été étonnement passionnée par leurs histoires de cœur, de réputation ou de famille. D'abord sans importances, leurs histoires vont finir par dévoiler d'horribles secrets, le récit va devenir de plus en plus tendu jusqu'au final qui m'a fait retenir mon souffle.

Ce premier tome m'a transporté. J'ai adoré suivre les différents personnages, découvrir leurs problèmes et leurs secrets. J'ai adoré l'univers, même si j'aurais aimé qu'il soit mieux décrit. L'intrigue est bien pensée, c'est vraiment très intéressant de découvrir petit à petit les liens qui unissent les différents personnages et le chemin jusqu'à l'accident. Accident et son mystère qui nous tiennent vraiment en haleine jusqu'au bout. Attention cependant, une fois que l'on a commencé ce livre, impossible de le lâcher ! Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour ce quasi coup de cœur !

Logo Livraddict


**********

Plusieurs récits qui convergent vers un seul événement :
  

mercredi 15 mars 2017

Ronces Blanches et Roses Rouges - Laetitia Arnould

Ronces Blanches et Roses Rouges - Laetitia Arnould

Orphelines d'un passé dont elles n'ont aucun souvenir, Sirona et sa jeune sœur Eloane sont aussi différentes qu'inséparables. 
Pour échapper au mariage qui l'effraie et à la colère dévastatrice de Mme Whitecombe, Sirona prend la fuite. 
Au cœur d'une fôret obscure et de sa propre tourmente, elle se fait toutefois une promesse : celle de revenir chercher sa sœur. 
Quitte à affronter l'ours qui rôde dans son sillage. 
Quitte à suivre les ronces blanches et les roses rouges. 
Quitte à croire en la magie. 
Mais c'est sans compter sur l'énigmatique pianiste qui compse une toile de mélodies enivrantes, dans son château où la nuit est synonyme de toujours... 
La musique, le désir de vengeance, l'amour véritable comme l'attirance malsaine tissent les fils rouges et blancs qui se croisent et se nouent jusqu'à la fin de ce récit enchanteur, inspiré par le conte des frères Grimm : Blanche-Neige et Rose-Rouge.

Note : 3,5 / 5


Magic Mirror est une toute jeune maison d'édition spécialisée dans le merveilleux. Leur première production, Ronces Blanches et Roses Rouges, sortie le 27 Février, revisite le conte de Blanche-Neige. Premier voyage plutôt réussi ! L'auteure maîtrise vraiment le genre et arrive à complètement transporter le lecteur.

Si vous ne connaissez que la version Walt Disney du conte de Blanche-Neige, je vous conseille vivement de commencer par la fin du livre où l'éditeur a eu la bonne idée de nous proposer le conte original des frères Grimm. Walt Disney a en effet pris un peu trop de liberté dans l'adaptation de ce conte et si vous ne lisez pas l'original avant vous serez surpris par la réécriture de Laetitia Arnould.

Le début du conte de Laetitia Arnould nous permet de suivre la vie de Blanche et de sa sœur Rose, vie chamboulée par une étrange catastrophe qui leur a fait perdre la mémoire. Mme Whitecomb qui a recueilli les deux petites filles les élève dans une petite chaumière perdue dans une forêt où rôde un ours et où les tempêtes surgissent sans prévenir. J'ai trouvé le début un peu long, le récit reste mystérieux et évasif, le lecteur est impatient de voir l'histoire avancer et cela tarde.

Heureusement, le merveilleux que nous promet la maison d'édition arrive, lui, très rapidement. Il y a tout d'abord leur père et sa magie. Puis ces ronces blanches qui entourent la maison et semblent dotées d'une vie propre. Enfin tout s'accélère lorsque Blanche s'enfuit pour échapper au mariage arrangé par Mme Whitecomb. Le livre revêt soudain une toute autre ambiance, sombre, mystérieuse, à mesure qu'elle s'enfonce dans la forêt et rejoint finalement un étrange château. Les situations invraisemblables et inexplicables caractéristiques des contes continuent d'affluer, le mystère autour des deux jeunes filles s'épaissit et j'ai adoré en imaginer la conclusion. Le lecteur est totalement transporté par ce récit parfois cauchemardesque, les illusions, les mensonges...

Cette ambiance étrange propre aux contes est aussi portée par les différents personnages que vont croiser Blanche et sa sœur. Mme Whitecomb tout d'abord, qui s'isole tous les jours dans son étrange laboratoire et semble cacher beaucoup de choses. L'ours, une menace omniprésente, avec ses grognements qui déchirent la nuit, et qui s'avère au final être le véritable personnage principal de l'histoire selon moi. Le pianiste qui va sans aucun doute ravir votre cœur et vous le chambouler plus d'une fois. Il y a aussi, bien sur, un nain, mais qui est loin d'être sympathique. Et enfin Blanche elle même va très souvent nous angoisser en nous faisant part de ses pensées et ses inquiétudes.

Ce livre est cependant parfois un peu maladroit. J'ai justement trouvé que les pensées de Blanche étaient trop présentes. Certaines scènes passent beaucoup trop rapidement (j'aurais aimé rester plus longtemps dans le château et que l'auteur développe plus ces moments hors du temps et angoissants que Blanche y passe) alors que l'auteur s'attarde ensuite beaucoup sur les réflexions de Blanche. Celles ci cassent d'ailleurs parfois cette ambiance mystérieuse que j'ai tant aimé, tout comme les dialogues qui ne collent parfois pas avec le reste du récit. J'ai trouvé que Rose, la sœur de Blanche, était un peu trop mise à l'écart. L'épilogue ne m'a pas plus, trop mielleux, trop Happy Ending. Pour une fois j'aurais aimé une fin plus ouverte qui aurait mieux collé avec l'ambiance.


Malgré quelques maladresses, Ronces Blanches et Roses Rouges reste un livre totalement addictif. Le lecteur est complètement happé par cette ambiance mystérieuse, il veut connaître le fin mot de l'histoire, pourquoi on semble s'acharner sur ces deux jeunes filles. La conclusion, si on exclu l'épilogue, est vraiment à la hauteur, épique et palpitante. J'ai adoré mon voyage merveilleux et je remercie les éditions Magic Mirror pour leur confiance. Bon courage pour la suite (que je vais continuer à soutenir avec plaisir !) et bravo pour cette première production !


Logo Livraddict
**********

Réécritures de contes :
  

samedi 11 mars 2017

Jungle Park - Philippe Arnaud

Jungle Park - Philippe Arnaud

Année 2050. 
 L'Afrique, continent prison gardé par des drones, est devenue le dépotoir des déchets industriels occidentaux, et le lieu où l'on parachute les condamnés à mort américains. 
Tony Belluin est un de ces condamnés à mort, directeur d'un parc d'attractions célèbre, injustement accusé de terrorisme. Sauvé de la mort par Jean-Baptiste, le chef d'un réseau de résistants, il accompagne celui-ci au coeur de la jungle. 
Pendant ce temps, la fille de Tony découvre la preuve qu'il n'est pas mort, puis la trace des auteurs du complot dirigé contre lui...

Note : 3 / 5


Une couverture qui fait tout de suite penser à Jurassic Park, un résumé qui nous parle de complot et d'un futur pas très joli, ce livre m'a tout de suite intriguée et j'ai été contente de pouvoir le découvrir grâce à l'événement Explo'book de lecteurs.com, même si le livre m'a au final un peu déçue.

Antoine Belluin est accusé de terrorisme. Il aurait tué un de ses employés et projetait certainement d'en faire plus lorsqu'il a été arrêté dans le parc d'attraction aux couleurs de l'Afrique qu'il a créé. Et en 2050, alors que la Terre est plus polluée que jamais, que l'Afrique en est devenu le grand dépotoir, la peine capitale est justement d'y envoyer les grands criminels (ce qui va arriver à Antoine) pour qu'ils meurent soit irradié, soit dévoré par les bêtes sauvages, ou encore tué par les drones qui sillonnent ce territoire maudit. Mais Antoine est innocent, et il compte bien découvrir qui a décidé de se débarrasser de lui.

L'auteur nous propose de suivre le périple d'Antoine en Afrique et sa quête de vérité en écoutant une playlist qu'il a concocté spécialement pour le livre. Si j'ai d'abord été étonnée de découvrir une liste de musiques rock des années 70 (j'aurais personnellement vu quelque chose de plus moderne, de plus électronique et dramatique) au final on se prend au jeu et cela donne une toute autre dimension à la lecture. Cette playlist est une très bonne idée.


Au début, j'ai aussi beaucoup aimé le futur proche de l'apocalypse que nous décrit l'auteur. L’électricité est rationnée, les habitants doivent très souvent porter des masques pour filtrer l'air qui devient parfois irrespirable, ils sont surveillés en permanence pour assurer leur sécurité... Un futur très réaliste car inspiré par les paroles très inquiétantes d'un conseiller d'Obama. Un futur qui nous fait réfléchir, aborde l'écologie ou encore le racisme, jusqu'à ce que l'histoire bascule vers le film de série Z et perde toute crédibilité.

Ça partait pourtant bien, l'idée de l'Afrique devenue une décharge à ciel ouvert est intéressante, mais alors que l'auteur ne va selon moi pas assez loin dans cette idée, il commence à nous parler de vampires, Antoine est poursuivit par des hommes au goût vestimentaire discutable et sa fille, Joannie, qui est persuadée de l'innocence de son père et veut le prouver, devient une super espionne en quelques chapitres alors qu'elle n'est qu'une gamine.

A cela s'ajoute un style plutôt déroutant car très changeant. Il faut un certain temps au début de chaque chapitre pour se situer, le récit suivant Antoine en Afrique, sa fille en Californie mais aussi parfois les méchants et changeant de ce fait très souvent de point de vue. En général, j'ai aussi trouvé son style beaucoup trop léger pour le sérieux de la situation, avec ces blagues et citations qui ponctuent le récit.

La fin est elle aussi décevante car beaucoup trop simple ! Déception accentuée par un récit qui traîne en longueur vers la fin quand on suit les différents protagonistes qui se dirigent vers le repère des méchants vampires.

Jungle Park est un livre qui m'a de ce fait plutôt déçue, mais qui pourrait trouver un public parmi les fans de nanars. Or, je pense que ce livre et les problèmes de société qu'il soulève sont plutôt à prendre au sérieux, mais le récit manque de crédibilité et échoue donc complètement à faire passer une quelconque morale et à transporter le lecteur.

Logo Livraddict

**********

Romans d'anticipation :
  

mercredi 8 mars 2017

Le mois d'Estelle Faye - ❤ Les seigneurs de Bohen

Le mois d'Estelle Faye
Le blog Book en Stock propose en ce mois de Mars de se retrouver autour des livres d'Estelle Faye, auteure de la série La voie des oracles chez Scrinéo ou encore Porcelaine chez Les moutons électriques. N'hésitez pas à venir échanger avec l'auteure et d'autres blogueurs sur les différents sujets de l'événement sur Book en Stock.
C'est dans ce cadre que j'ai eu la chance de pouvoir découvrir le livre ci-dessous. Merci encore à Dup et Phooka pour l'organisation de l'événement et à Estelle Faye pour sa gentillesse et son dévouement.


Les seigneurs de Bohen - Estelle Faye

Je vais vous raconter comment l'Empire est mort. L'Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d'étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d'existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel. J'évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers... Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l'escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l'enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie... Et de tant d'autres encore, de ceux dont le monde n'attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte. Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra.

Note :  coup de coeur

Les seigneurs de Bohen est vraiment un livre ambitieux. Avec ses 600 pages et quelques et le résumé dense qui nous ai proposé, on sait avant même de commencer qu'Estelle Faye va nous raconter une grande histoire. Et cette histoire, l'auteure aurait pu continuer de ma la conter sur des milliers de pages, je pense que je ne m'en serais jamais lassée !

Bohen cache beaucoup de secrets. Bâtie sur les restes d'une ancienne et obscure civilisation d'êtres-dragons, les Wurms, Bohen est un Empire dont les dirigeants, maudits, peinent à régner. La chute de cet Empire va nous être conté. Pour se faire, l'auteure nous propose de suivre des personnages différents qui vont finir par se retrouver dans leur vision du futur et leur envie de changement.

Dès les premiers chapitres, j'ai été impressionnée par la maîtrise et la justesse de l'auteure. Le lecteur doit en effet assimiler beaucoup de choses en peu de temps. Le récit alterne le parcours de plusieurs personnages différents. Bohen est un Empire très vaste, les croyances sont diverses et les cultures variées. Il y a de la magie, des êtres surnaturels et différents éléments imaginaires que l'on ne connait pas. Pourtant, pas une fois je n'ai été perdue, l'auteure nous rappelant toujours ce qu'il faut où il faut, les interludes aidant beaucoup.

En fait, j'ai été complètement happée par cet univers, par sa richesse et son originalité. Lorsqu'on lit beaucoup de fantasy, les mondes proposés finissent parfois par se ressembler. Mais celui d'Estelle Faye n'est pas comme les autres. Les créatures que l'on croise nous sont plus ou moins connues : vouivres, goules ou encore métamorphes, mais elle réussit à s'approprier et à complètement renouveler ces figures de la fantasy. Chaque région de Bohen est très différente, que ce soit au niveau des croyances, de la mode ou encore de l'architecture. Elle mélange les genres, les inspirations, glissant par exemple la poudre et les armes à feu ou encore l'imprimerie qui vont faire basculer son univers dans une nouvelle époque. Et il y a toujours ces questions et ce mystère autour de l'étrange civilisation des Wurms dont on veut connaître les secrets !

Mais ce sont avant tout les différents personnages que l'on va croiser qui portent le livre. Ils ont tous leur importance, et ce sont parfois leurs faiblesses et leurs erreurs qui vont finir par faire changer le cours de l'histoire. Ils ne sont pas parfaits, ce ne sont pas des héros, ce sont des personnages vraiment humains, animés par leurs sentiments et leurs différences. Ils ont en effet tous une particularité un peu étrange : Sainte-Etoile a un monstre dans sa tête, Maëve est une magicienne dont le pouvoir n'est au premier abord pas très utile, pour ne citer qu'eux. Ils sont presque tous animés par l'amour, l'amour dans toute sa différence, sans être niais, mais juste et beau. Des relations qui m'ont profondément touchées, surtout à la fin lorsque nous, lecteurs, sommes au courant du destin d'un personnage alors que son âme sœur a toujours l'espoir de le revoir. Toute petite déception pour le monstre de Sainte-Etoile, j'en attendais beaucoup plus de lui, une raison peut-être.

Dans tous les cas, on a terriblement envie de continuer à suivre tous ces personnages. La fin de l'Empire est peut-être la fin du livre, mais, comme dit plus haut, j'aurais pu continuer ma lecture indéfiniment. Estelle Faye arrive vraiment à nous toucher et à nous transporter. J'aurais aimé continuer à voguer avec Maëve, en découvrir plus sur les Wurms, assister à la renaissance de la magie apportée par Janosh et Wens... Je n'en ai pas fini avec Bohen et j'espère qu'Estelle Faye non plus car je n'attends qu'une chose, c'est de pouvoir replonger dans cet univers et en découvrir toujours plus !

Logo Livraddict

**********



Interviews d'Estelle Faye (auxquelles vous pouvez participer en commentant !) :

samedi 4 mars 2017

Le défi des druides - Evelyne Brisou-Pellen

Le défi des druides - Evelyne Brisou-Pellen

Sencha, l'apprenti druide, revient chez lui, en Armorique, après une longue initiation dans l'île de Bretagne. Mais la fatalité s'est abattue sur le peuple celte, envahi par les troupes de Jules César. Pour venger les siens, pour sauvegarder le pouvoir et les secrets des druides, Sencha décide de lutter contre l'envahisseur romain. Le torque d'or qu'il porte autour du cou lui apportera-t-il la force nécessaire à l'accomplissement de sa mission ?

Note : 3,5 / 5


Pour notre deuxième après-midi lecture c'est Manaji qui a choisi le livre, et j'étais vraiment contente de pouvoir découvrir une nouvelle aventure comme seule sait en écrire Evelyne Brisou-Pellen.

Comme dans Le mystère de la nuit des pierres, l'auteure nous plonge une nouvelle fois dans cette Bretagne celtique empreinte de magie. Sencha, un apprenti druide, est de retour chez lui. Il redécouvre son village qu'il a quitté il y a cinq ans et beaucoup de choses ont changées. Ce retour permet au lecteur de vraiment bien s'immerger dans l'histoire car il explore le village en même temps que Sencha en constate les changements.

Le récit avance très vite, Sencha va tout de suite être plongé dans la guerre, d'abord entre clans, puis contre les romains qui pillent et envahissent leurs terres. Il va être témoin d'un horrible drame et va devoir s'enfuir avec Nédé, un autre apprenti druide, et son petit frère Simon qui est muet et handicapé moteur. Mais ils ne vont pas être très longtemps seuls : ils vont être rejoint par Ordan qui n'aspire qu'à se venger (un personnage que j'ai adoré détester) et par Medb, une ancienne esclave.

J'ai aimé les thèmes abordés et l'aspect historique. L'auteure a à cœur d'utiliser les mots celtes et d'expliquer différents aspects de leur culture. Elle nous parle grâce à des scènes très fortes de liberté, de choix, de jalousie et d'amour. Elle nous plonge aussi dans les pensées de Simon de façon à ce que le lecteur puisse mieux comprendre ce personnage et sa vision de la vie face à son handicap.

Vu que l'auteure se base sur des faits historiques, on sait très bien que tout cela va mal finir pour le peuple de Sencha. La fin laisse pourtant une lueur d'espoir, mais j'ai été un peu déçue car elle est un peu trop ouverte. De plus, on ne sait pas vraiment ce qui arrive à Nédé et Ordan. En général, je n'ai pas été très surprise par le récit.

Le style de l'auteure est un peu moins riche et pompeux que dans son autre livre, ce que j'ai trouvé beaucoup plus cohérent pour un livre jeunesse. J'ai parfois été un peu déstabilisée par les changements de point de vue qui ne sont pas forcément évidents. Sencha est le plus souvent au centre du récit, et lorsque l'auteure bascule d'un coup vers Simon, je ne comprenais pas toujours tout de suite.

Le défi des druides est un livre qui se dévore. L'auteure arrive vraiment bien à nous plonger dans cette époque importante et intéressante de l'histoire. Les personnages permettent de développer des thèmes essentiels que l'auteure traduit avec justesse. C'est un bon livre jeunesse, fluide et enrichissant, mais qui manque d'un petit quelque chose pour vraiment le faire sortir du lot.

Logo Livraddict

**********

Mythologies celtique :
  

mercredi 1 mars 2017

Guide de survie pour le voyageur du temps amateur - Charles Yu

Guide de survie pour le voyageur du temps amateur - Charles Yu

Notre héros répare les machines à voyager dans le temps. Il a pour seuls compagnons un chien et une intelligence artificielle qui a le béguin pour lui. Un jour, il se trouve lui-même prisonnier d'une boucle temporelle et devra partir à la recherche de son propre père, un inventeur frustré et méconnu, qui créa la machine à remonter le temps.

Note : 3 / 5


Guide de survie pour le voyageur du temps amateur, tout un programme. Et pour moi qui suis une fan de science-fiction, le titre de ce livre m'a tout de suite attiré. De plus, le voyage dans le temps étant un sujet plutôt délicat, j'étais assez curieuse de voir comment l'auteur allait s'en sortir. Pas si bien au final, car j'ai trouvé ce livre vraiment beaucoup trop abstrait.

L'auteur nous installe dès les premières pages dans la toute petite machine qui permet de voyager dans le temps. Le personnage principal est réparateur de ces machines. Pour cela, il en possède lui même une, car pour pouvoir aider ses clients, il doit pouvoir les rejoindre dans le passé. Mais l'histoire de ce livre est avant tout l'histoire d'un homme malheureux qui a perdu son père et qui a raté sa vie Pour fuir la réalité, il s'est calé dans un présent indéterminé grâce à sa machine, et a donc tout le temps de ressasser son histoire. Et quand il revient finalement dans la réalité, c'est le drame : il croise son futur lui qu'il finit par assassiner. Prisonnier d'une boucle temporelle, il va tenter de retrouver son père qui peut peut-être l'aider.

J'avais vraiment hâte de lire les différentes théories de l'auteur au sujet du voyage dans le temps et des différents paradoxes que cela peut créer. Malheureusement, j'ai trouvé qu'il essayait d'aller trop loin. Au final, il enchaîne les explications sur des pages et des pages et finit par perdre le lecteur. Les théories et équations qu'il développe sont vraiment abstraites et je n'ai vraiment pas tout compris.

L'histoire ne m'a au final pas intéressée plus que ça non plus. Le personnage principal ne fait que ressasser son passé. Il n'est fait que de regrets, est dépressif et toujours très négatif. Et au final, ce n'est qu'une banale histoire de famille, une famille qui va mal face aux échecs du père. L'aspect de ce livre qui m'intéresse, à savoir la science-fiction, se résume donc aux théories et explications abstraites sur le voyage dans le temps que je n'ai pas vraiment apprécié.

Il y a cependant un point qui m'a beaucoup plu dans ce livre : la mise en abîme qu'instaure l'auteur. Car Charles Yu est aussi le personnage principal de l'histoire. Et le Guide de survie pour le voyageur du temps amateur est en fait le livre qu'a écrit le Charles Yu du futur et qu'il remet au Charles Yu du présent avant qu'il ne se fasse tuer. Tout ça est compliqué mais tellement intéressant ! J'ai aussi beaucoup apprécié les petits clins d’œil aux différentes œuvres de références de la science-fiction.

Une lecture en demi-teinte. Je pense tout simplement qu'une seule lecture ne suffit pas pour vraiment apprécier ce livre. C'est presque un livre de philosophie : il faut arriver à comprendre la pensée de l'auteur avant de considérer l'histoire. Malheureusement, ce n'est vraiment pas ce à quoi je m'attendais et je n'ai pas vraiment réussi à rentrer dans ce livre.


**********

Voyages dans le temps :